5ème principe du Earthship: traitement des eaux usées

Depuis quelques décennies, l’humain a pris conscience de l’importance du triage des déchets. En effet, nous ne nous permettons plus de tout balancer à la poubelle et prenons la peine de faire un geste pour sauver la planète en séparant aluminium, papier, verre, etc. car nous avons appris que ces déchets peuvent être revalorisés de différentes manières (réutilisation, recyclage, transformation…). Ceci est vrai pour les déchets solides: je salue les énormes progrès réalisés ces 10 ou 20 dernières années et de nouvelles filières de revalorisation apparaissent chaque année!

Mais qu’en est-il de nos déchets liquides?

Comme pour les déchets solides, il existe différentes sortes de déchets liquides. Nous avons pris l’habitude de les mélanger et de les appeler eaux usées. Pourtant, dans nos ménages, nous produisons:

  • les eaux noires, c’est-à-dire l’eau des toilettes (et de la cuisine). Ces eaux contiennent des matières solides et des agents pathogènes et doivent être traitées avant de pouvoir être valorisées. Une fois traitées dans nos stations d’épuration, les « boues » contiennent beaucoup de nutriments pour les plantes et peuvent être utilisées en agriculture. A noter que des toilettes sèches (traitement par compostage et non en stations d’épuration) règlent le problème des eaux noires mais cette approche à large échelle semble aujourd’hui encore utopique.
  • les eaux grises, c’est-à-dire les eaux de la douche, des machines à lavées, etc. Ces eaux représentent 2 tiers de notre production d’eaux usées et sont très peu chargées (savons et quelques matières en suspension). Elles nécessitent un traitement sommaire, voir pas de traitement du tout si elles sont infiltrées dans les sols. Elles contiennent des nutriments pour les plantes et peuvent être utilisées pour l’irrigation.

Notre société produit encore:

  • les eaux industrielles. Ici, on peut retrouver de tout (métaux lourds, arsenic…) et ces eaux nécessitent un traitement adéquat, au cas par cas.
  • les eaux de ruissellement des routes et des toits. Ces eaux-là ne contiennent quasiment pas de polluants et un traitement semble superflu. D’ailleurs, comme discuté dans l’article précédent, le Earthship récupère et utilise l’eau tombant sur son toit.

Avec l’invention des égouts, nous avons mélangé tous ces déchets liquides et les avons amenés à la rivière ou au lac le plus proche. Loin des yeux, le problème semblait réglé! Puis nous avons constaté que cette manière de faire détruisait la vie aquatique et avons installé une station d’épuration juste avant de rejeter ces eaux usées dans la rivière. Ces dernières décennies, nous remarquons que les traitements des stations d’épuration sont insuffisants et ajoutons de nouveaux procédés de traitement (nitrification/dénitrification, micro-pollution…). C’est une lutte sans fin,  aux énormes coûts, dont personne ne remet en question, même pas les experts du génie sanitaire!

Le Earthship trie ses eaux usées

Revenons maintenant au Earthship. En vivant en autonomie dans le climat sec du Nouveau Mexique, l’eau ne peut pas être gaspillée et doit être valorisée à son maximum. Nous avons vu que nous produisons dans nos ménages une grande quantité d’eaux grises (douche, machine à laver…). Ces eaux ne contiennent pas de pollution pour les sols et les plantes (mais attention, elles contiennent des polluants pour les rivières et les lacs!). Le Earthship, grâce à un système séparé de plomberie, récupère ses eaux grises et les dirigent vers des cellules botaniques, ou bacs de plantation. Ces cellules sont situées dans la zone tampon du Earthship, plein sud, où les conditions sont optimales pour l’épanouissement des plantes. L’eau circule à travers ces cellules et les plantes sont ainsi irriguées lors de chaque douche ou utilisation de la machine à laver! Mieux, dans le sol se développe rapidement toute une batterie de micro-organismes qui se feront un plaisir de dégrader les quelques savons et produits de nettoyage. L’eau grise est filtrée et peut être réutilisée. Pas pour la boire ou prendre une douche, c’est sûr, mais elle est de qualité largement suffisante pour la chasse d’eau, qui représente tout de même 30 % de notre consommation quotidienne. Ce système permet sans effort d’irriguer des plantes et d’économiser 30 % de sa consommation d’eau! Simplement génial, non?

Capture du 2018-04-06 16-08-07-iloveimg-cropped
De gauche à droite: lorsque tu prends ta douche, les eaux grises sont récupérées et dirigées vers des bacs de plantation. En traversant ces bacs, ces eaux faiblement chargées sont filtrées. Elles peuvent être ainsi réutilisées pour les toilettes et tu poseras ta pêche avec bonne conscience. Et ceci n’a pas de prix!
photo1.png
Les bacs de plantation sont placés à l’avant du bâtiment, dans la zone tampon, où l’environnement est idéal pour l’épanouissement des plantes.

La suite du traitement des eaux usées du Earthship est plus conventionnelle. Les eaux noires (toilettes et évier de la cuisine) sont amenées dans une fosse sceptique, système de traitement décentralisé habituel. A la sortie, de la fosse sceptique et avant de l’infiltrer dans le sol, l’eau est encore utilisée pour l’irrigation. Je qualifierais cette étape d’assez rock’n’roll, car la communauté Earthship fait pousser des plantes comestibles avec cette eau-là et il n’est pas du tout certain que tous les agents pathogènes sont éliminées dans la fosse sceptique… Il faut être prêt à tout pour vivre en autonomie!

Vers une nouvelle gestion des eaux usées?

Le concept de gestion des eaux usées du Earthship n’est pas parfait et peut être amélioré. Notamment, pour un système vraiment écologique, il faudrait ne pas produire d’eaux noires grâce à des toilettes sèches. Même s’il existe des prototype de toilettes sèches tout à fait confortables et non odorantes, peu d’occidentaux malheureusement sont prêts à faire le pas et à se débarrasser de cette bonne vieille chasse d’eau…

Ce qui me plaît et m’inspire dans l’approche des eaux usées du Earthship, c’est qu’elle brise les conventions et qu’elle offre de nouvelles perspectives. Je suis prêt à parier que dans quelques années ou décennies, il sera normal, comme pour les déchets solides, de trier ses eaux usées.  D’ailleurs, cela a déjà commencé avec les eaux de ruissellement (toitures et routes) que nous n’amenons plus à la station d’épuration. A quand le triage des eaux grises et des eaux noires? Le Earthship, en avance sur son temps, nous montre la voie à suivre!

Ce qu’il faut retenir

  • Il existe différentes eaux usées: les eaux noires, les eaux grises, les eaux industrielles et les eaux de ruissellement.
  • Elles nécessitent chacune des traitements différents.
  • Les mélanger est peut-être plus simple pour l’évacuer, mais cela devient un casse-tête pour les traiter.
  • Le Earthship trie les eaux grises (douche et machines laver) et les eaux noires et les valorise.
photo2.png
Le traitement des eaux grises dans les bacs de plantation devient élément de design.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s